m
0
     
Article

H 0 Les conventions entre la France et les peuples marrons du Surinam. Contribution à l’étude des middle-grounds post-esclavagistes, dans Histoire de la justice, vol. 26, no. 1, 2016

H

Urban Yerri

La Documentation française

2016

17 p.

A8044-SC4

GUYANE ; SURINAM ; HISTOIRE ; SIECLE XIX ; ESCLAVAGE ; CONVENTION ; BONI ; PEUPLE ET MINORITE ; NOIR MARRON ; MAIN D'OEUVRE ; AMERINDIEN

L’historiographie récente de l’Amérique du Nord a mis l’accent sur des rapports de forces atypiques entre colons européens et Amérindiens. Elle insiste sur des accords hybrides et syncrétiques manifestant un compromis entre deux cultures, un rapport de forces équilibré ou même défavorable au pouvoir colonial, qu’elle appelle middle-grounds. Pour la Guyane, cette notion décrit parfaitement les conventions conclues, entre 1860 et 1892, par la France avec les peuples marrons du Surinam constitués par des esclaves évadés des plantations néerlandaises. Fruits des besoins de main-d’œuvre et des rivalités entre puissances, ces accords montrent en effet un pouvoir colonial obligé d’oublier son complexe de supériorité, traitant ces peuples comme des puissances indépendantes autorisées à se constituer en véritables enclaves.

Numéro : n°1

Date de publication : 2016

Domaine : Sciences - Histoire (SC4)

Niveau d'autorisation : Public

Volume : Volume 26

Langue : français

Voir aussi

Mes paniers

4

Gerer mes paniers

0















aide à la recherche
Z