m
0
     
Article

H 0 La route maritime du Nord, réalité et perspectives

H

Baudu Hervé

Regards géopolitiques;Conseil québécois d’Études géopolitiques

Automne 2019

24 p.

A8980-QI3

GEOPOLITIQUE ; ARCTIQUE ; RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE ; RUSSIE ; TRANSPORT MARITIME ; HYDROCARBURE ; TRAFIC MARITIME

Le réchauffement climatique croissant de l’océan Arctique libère des espaces maritimes libres de glaces favorisant de nouvelles routes maritimes, notamment le long des côtes russes. D’un trafic estival avec des tankers brise-glaces spécialement conçus pour ces voyages dans la banquise sans assistance, la Russie ambitionne déjà de l’étendre à la période hivernale à l’aide de sa flotte de puissants brise-glaces nucléaires en construction. La Russie, pour laquelle l’exploitation des ressources de l’Arctique est une priorité nationale, compte bien capter à moyen terme une partie du trafic traditionnel, notamment celui de conteneurs. Mais en réalité, les routes polaires sont-elles vraiment praticables toute l’année ? Si le trafic régulier de gaz à destination des ports européens et asiatiques est déjà une réalité, est-il déraisonnable de penser qu’un trafic structuré par la route maritime du Nord puisse faire concurrence aux routes classiques par le canal de Panama et celui de Suez ? Vue par un marin, la problématique d’un transit par les routes maritimes polaires n’est pas si simple qu’on le laisse croire.
Cet article analyse les enjeux maritimes de l’espace arctique, confirme l’essor exponentiel du trafic d’hydrocarbures à destination et relativise le trafic de transit transarctique, notamment aux conteneurs.
- Tweet de Hervé Baudu, Professeur de Sciences nautiques à l’École nationale supérieure maritime de Marseille, 18 novembre 2019

Numéro : Volume 5, n°3

Date de publication : Automne 2019

Domaine : Questions internationales - Politique internationale (QI3)

Niveau d'autorisation : Public

Localisation : Version numérique

Langue : français

Voir aussi

Mes paniers

4

Gerer mes paniers

0

aide à la recherche
Z