0
     

-A +A

« Indiens » ou « Brésiliens » ? Mobilités karipuna vers Cayenne (Guyane française)

H

Collomb Gérard

Revue européenne de migrations internationales

2013

20 p.

A7572-QS2

GUYANE ; MIGRATION ; POPULATION ; BRESIL ; SAINT GEORGES DE L'OYAPOCK ; AMERINDIEN ; PEUPLE ET MINORITE ; FRONTIERE

La Guyane française, entre Surinam et Brésil, reçoit des flux démographiques, économiques, culturels qui traversent les frontières héritées de l'histoire coloniale. Quelques groupes amérindiens s'inscrivent d'une manière particulière dans ce dispositif, pratiquant de longue date et jusqu'à aujourd'hui des déplacements de part et d'autre de la frontière politique. L'exemple des Karipuna établis dans le Brésil frontalier et venant travailler en Guyane illustre la place singulière occupée par ces groupes, mais aussi les effets de l'imposition d'une frontière qui était restée jusqu'alors virtuelle. Ces populations sont alors passées du statut d'Indiens véritablement « trans-frontaliers », bénéficiant de privilèges d'accès au territoire français, à celui de « migrants brésiliens », auxquels l'État applique des règles renforcées de limitation des mobilités, et ils endossent malgré eux le stéréotype dépréciatif aujourd'hui appliqué aux autres migrants brésiliens en Guyane.

Numéro : n°1

Date de publication : 2013

Domaine : Questions sociales - Population (QS2)

Volume : vol. 29

Localisation : Version numérique

Collation : bibliogr.

Langue : français

Mes paniers

4

Gerer mes paniers

0
Z