m
0
     
Article

H 0 Note de recherche conjointe Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM) et Institut des Amériques - Avantages et limites de l'utilisation des forces armées dans la répression d'une activité illégale : L’opération Harpie et l'orpaillage clandestin en Guyane française

H

Durville Emmanuel ; Le Tourneau François-Michel

Institut de Recherche Stratégique de l'École Militaire ;Institut des Amériques

11 mars 2022

21 p.

A100723-QJ8

GUYANE ; ORPAILLAGE ; INFRACTION ; ARMEE ; INTERVENTION MILITAIRE ; MINERAI ; OR ; BRESIL ; SURINAM ; MILITAIRE

Malgré un effort continu de lutte et une réduction considérable de la présence des mineurs illégaux, environ 12 000 orpailleurs brésiliens arrachent chaque année entre 5 et 10 tonnes d’or illégalement en Guyane française. La résilience dont font preuve ces orpailleurs clandestins doit être analysée mais on peut aussi s’interroger sur le rôle à long terme des forces armées dans ce contexte et sur l’intérêt pour elles de cette mission très spécifique qu’est l’opération Harpie. Afin de contribuer à ces réflexions, cette note présente dans un premier temps les contours du monde de l’orpaillage clandestin en Guyane tant du point de vue technique que du point de vue économique et social. Nous abordons dans un second temps le rôle des forces armées dans sa répression. Enfin, nous examinons l’opération Harpie et les possibilités de sortie de cet engagement qui court depuis presque quinze ans.

Date de publication : 11 mars 2022

Domaine : Questions juridiques - Ordre public (QJ8)

Niveau d'autorisation : Public

Localisation : Version numérique

Langue : français

Voir aussi

Mes paniers

4

Gerer mes paniers

0

aide à la recherche
Z