m
0

Documents  CRISE FINANCIERE | enregistrements trouvés : 4

O
     

-A +A

P Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

- 228 p.
Cote : O2545-EG7

Ce livre a été coécrit par Alain Descombels, élu du congrès de la Nouvelle-Calédonie, et Gaël Lagadec, Maître de Conférences en économie à l'Université de la Nouvelle-Calédonie. Il est publié électroniquement .
L’économie mondiale est actuellement secouée par les conséquences de la crise des «subprimes». Cette crise est née aux États-Unis en 2007 et s’est propagée au reste du monde.
La Nouvelle-Calédonie sera-t-elle épargnée par les conséquences de la crise ?
Certains pensent que oui, mais c’est pourtant loin d’être une certitude.
La Nouvelle-Calédonie possède peut-être quelques avantages pour affronter la crise (importance de l’économie « mixte »), mais cela ne saurait masquer les fragilités de l'économie calédonienne qui est une économie peu ouverte au commerce international et basée largement sur les transferts de la Métropole.
1. La Nouvelle-Calédonie n’exporte quasiment que des produits du nickel. Or, le nickel est touché de plein fouet par la crise puisque les cours ont diminué de 80 % depuis 2007.
2. Malgré les politiques menées depuis 2004, les problèmes d'inégalités sociales perdurent ; ces problèmes sont aggravés par la vie chère, puisque les prix sont plus élevés qu'en Métropole et les salaires souvent inférieurs. Le climat social y est donc fragile.
3. Enfin, la structure fiscale de la Nouvelle-Calédonie rend ses recettes largement sensibles à la conjoncture : impôt sur le revenu relativement bas, mais volumes importants de taxes sur l’importation, les services, ou les bénéfices des sociétés (dont l’IS « nickel »).
Ces fragilités excluent que la Nouvelle-Calédonie passe « au travers » de la crise sans en supporter les conséquences. C'est d’ailleurs probablement du fait d'une fragilité économique encore supérieure que La Réunion et la Martinique ont rapidement vu la crise économique se transformer en crise sociale… Pour autant, le pire n’est pas certain et les caractéristiques atypiques de la Nouvelle-Calédonie rendent les prévisions malaisées.
Cet ouvrage ambitionne d’apporter des éclairages à ces interrogations.
La crise des subprimes est d’abord expliquée : mécanismes préalables, genèse puis développement de la crise, passage du secteur immobilier au reste de l’économie, transmission internationale…
Les perspectives pour l’économie calédonienne sont ensuite analysées : les fragilités de l’économie calédonienne sont d’abord étudiées (inégalités, pouvoir d’achat…), puis les impacts de la crise, présents et à venir, sont discutés.
L’ouvrage conclut par les perspectives de sortie de crise pour la Nouvelle-Calédonie. Les possibilités de relance par la consommation sont explorées : comment augmenter les salaires, et donc le pouvoir d’achat, sans pénaliser la compétitivité des entreprises ? Comment pratiquer une relance budgétaire, source de croissance et d’emploi, dans le contexte très particulier de la Nouvelle-Calédonie ?
Ce livre a été coécrit par Alain Descombels, élu du congrès de la Nouvelle-Calédonie, et Gaël Lagadec, Maître de Conférences en économie à l'Université de la Nouvelle-Calédonie. Il est publié électroniquement .
L’économie mondiale est actuellement secouée par les conséquences de la crise des «subprimes». Cette crise est née aux États-Unis en 2007 et s’est propagée au reste du monde.
La Nouvelle-Calédonie sera-t-elle épargnée par les conséquences ...

CRISE FINANCIERE ; CRISE ECONOMIQUE ; GESTION DE CRISE ; NOUVELLE CALEDONIE ; INFLATION ; CHOMAGE ; NICKEL ; RELANCE ECONOMIQUE ; COUT DE LA VIE ; POUVOIR D'ACHAT ; NIVEAU DE VIE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

- n° n°93 - 4 p.
Cote : A4515-EG7

Après avoir renoué avec la croissance en 2010 (+1,7 %), le PNB des banques polynésiennes1 est de nouveau orienté à la baisse en 2011. S’inscrivant en retrait de 1,2 %, le PNB s’établit à 24,3 milliards de F CFP, soit un niveau comparable à celui de 2009.

POLYNESIE FRANCAISE ; SITUATION ECONOMIQUE ; STATISTIQUE ; BANQUE ; MARCHE FINANCIER ; CRISE ECONOMIQUE ; CRISE FINANCIERE ; ETABLISSEMENT DE CREDIT ; PLACEMENT FINANCIER

... Lire [+]

Filtrer

Type
Auteurs
Date de parution
















aide à la recherche
Z