m
0

Documents  COLONISATION | enregistrements trouvés : 288

O

-A +A

P Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 347 p.
Cote : O4959-QI3

Cet ouvrage analyse le rapport néo-calédonien / néo-zélandais sous la lumière de la sécurité, de la diplomatie, de la politique et de l'économie, aussi bien que sous des angles littéraires, culturels et religieux.

NOUVELLE CALEDONIE ; NOUVELLE ZELANDE ; COOPERATION INTERREGIONALE ; HISTOIRE ; MISSION RELIGIEUSE ; PACIFIQUE SUD ; COLONISATION ; RELATIONS ECONOMIQUES ; LITTERATURE ; DROIT DES MINORITES ET PEUPLES AUTOCHTONES

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

- 432 p.
Cote : R0563-QI3

Les relations entre la France et les États du Pacifique Sud ont connu de grandes mutations au cours des quatre dernières décennies (1966-2006). Dans une première partie, les deux fondements principaux de la présence française dans la région que sont le territoire et la stratégie sont envisagés comme des vecteurs de puissance de la France. Ils sont ensuite envisagés comme les fondements de la contestation régionale à la politique française en Océanie. Les États du Pacifique Sud ont en effet contesté le développement des activités nucléaires en Polynésie française en opposant un intérêt direct de sécurité régionale. Ils ont en outre manifesté leur sourtien au mouvement indépendentiste en Nouvelle-Calédonie, défendant ainsi un idéal commun d'émancipation de leur passé colonial. Finalement, les raisons du rapprochement qui s'est opéré entre la France et la région révèlent des intérêts diverts mais convergents qui illustrent la complexité de la notion de politique extérieure.
Les relations entre la France et les États du Pacifique Sud ont connu de grandes mutations au cours des quatre dernières décennies (1966-2006). Dans une première partie, les deux fondements principaux de la présence française dans la région que sont le territoire et la stratégie sont envisagés comme des vecteurs de puissance de la France. Ils sont ensuite envisagés comme les fondements de la contestation régionale à la politique française en ...

THESE ; PACIFIQUE SUD ; POLYNESIE FRANCAISE ; NOUVELLE CALEDONIE ; RELATIONS INTERNATIONALES ; COOPERATION INTERREGIONALE ; COLONISATION ; DROIT MARITIME ; POLITIQUE NUCLEAIRE ; COMMISSION DU PACIFIQUE SUD ; FORUM DU PACIFIQUE SUD ; FER DE LANCE MELANESIEN ; VANUATU ; FIDJI ; ACCORD DE NOUMEA ; AUSTRALIE ; NOUVELLE ZELANDE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

- 496 p.
Cote : R1986-SC2

Depuis près de 70 ans, le peuple kanak est passé du monde invisible au monde visible. Invisible car jusqu’en 1946, les Kanak, peuple autochtone de Nouvelle-Calédonie, étaient cantonnés dans des réserves à l’écart du regard occidental. Face à un peuple viscéralement attaché à sa terre d’origine, l’Administration coloniale avait fait le choix de s’imposer par la maîtrise de l’espace. En réponse à cette stratégie de soumission spatiale, la fin du statut de l’Indigénat en 1946 révèle l’ambition d’un peuple de recouvrer son identité territoriale. Pour y parvenir, les Kanaks vont devoir emprunter de nouveaux chemins. Ce travail de recherche propose d’analyser les différents types de recomposition des territoires kanak (électoraux, coutumiers, économiques et urbains) et de mettre en perspectives les interrelations qui animent ces transformations. Ces recompositions prises dans leur ensemble participent-elles à un phénomène plus global de reconquête de l’espace néocalédonien ? Si aujourd’hui, le rôle central et incontournable des territoires kanak au sein de la société néo-calédonienne post-coloniale a été consacré par les Accords de Matignon (1988) et de Nouméa (1998), cette thèse s’interroge plus généralement sur la dimension territoriale du processus de décolonisation.
- Territoires Kanak : Pierre-Christophe Pantz, « la Nouvelle-Calédonie sera totalement à réinventer », Outremers360, 30 décembre 2015
Depuis près de 70 ans, le peuple kanak est passé du monde invisible au monde visible. Invisible car jusqu’en 1946, les Kanak, peuple autochtone de Nouvelle-Calédonie, étaient cantonnés dans des réserves à l’écart du regard occidental. Face à un peuple viscéralement attaché à sa terre d’origine, l’Administration coloniale avait fait le choix de s’imposer par la maîtrise de l’espace. En réponse à cette stratégie de soumission spatiale, la fin du ...

NOUVELLE CALEDONIE ; GEOPOLITIQUE ; HISTOIRE ; CANAQUE ; DROIT COUTUMIER ; POPULATION ; DECOLONISATION ; PROBLEME FONCIER ; URBANISATION ; COLONISATION ; DROIT DE VOTE ; ELECTION ; FRONT DE LIBERATION NATIONALE KANAK ET SOCIALISTE ; MOUVEMENT INDEPENDANTISTE ; AUTOCHTONE ; ACCORD DE NOUMEA ; CITOYENNETE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Z