m
0

Documents  REVENU MINIMUM | enregistrements trouvés : 99

O

-A +A

P Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 269 p.
Cote : R0917-QS3

Thèse présentée pour le doctorat en sciences économiques.

LA REUNION ; ETUDE ECONOMIQUE ; EMPLOI ; DEMANDEUR D'EMPLOI ; PRESTATION SOCIALE ; CHOMAGE ; ALLOCATION CHOMAGE ; MARCHE DU TRAVAIL ; DEMOGRAPHIE ; ALLOCATION FAMILIALE ; REVENU MINIMUM ; REVENU

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

vol. Vol.56 - n° n°3 - p.583-592
Cote : A3268-QS1

Dans cet article, les auteurs mesurent l’effet de la réforme Aubry de janvier 1999 concernant le cumul des minima sociaux et des revenus d’activité sur l’emploi des bénéficiaires des minima sociaux à l’île de la Réunion. Nous comparons deux groupes touchés différemment par la réforme : les bénéficiaires de l’allocation parent isolé qui se voient proposer pour la première fois le cumul et les bénéficiaires du revenu minimum d’insertion qui connaissaient déjà le cumul. Grâce à une grande base de données et des techniques d’économétrie des variables qualitatives sur données de panel, nous montrons que cette réforme a eu un effet positif significatif en termes d’emploi sur le groupe des bénéficiaires de l’api.
Article consultable sur site : http://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=RECO_563_0583
Dans cet article, les auteurs mesurent l’effet de la réforme Aubry de janvier 1999 concernant le cumul des minima sociaux et des revenus d’activité sur l’emploi des bénéficiaires des minima sociaux à l’île de la Réunion. Nous comparons deux groupes touchés différemment par la réforme : les bénéficiaires de l’allocation parent isolé qui se voient proposer pour la première fois le cumul et les bénéficiaires du revenu minimum d’insertion qui ...

LA REUNION ; MINIMA SOCIAUX ; REVENU MINIMUM ; MARCHE DU TRAVAIL ; EVALUATION ; ASSISES DES OUTRE-MER

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 313 p.
Cote : O2406-TR0

À la Réunion, près de quatre actifs sur dix sont au chômage. En même temps, et contrairement à ce qui est observé en France métropolitaine, cette société ne développe aucun signe majeur « d'exclusion sociale ». D"où la question que l’on est en mesure de se poser : à quoi tient la cohésion sociale dans cette société pour le moins inégalitaire ? En pointillé se pose également la question de la place et de la fonction sociale du travail salarié dans l’organisation de la société réunionnaise.
Dans ce contexte de chômage de masse, l’économie de transferts a joué un rôle essentiel dans le processus d’intégration des populations défavorisées issues de la société traditionnelle et rurale. Le Revenu minimum d’insertion en particulier, alloué à plus d’une famille sur quatre, a provoqué une profonde mutation du rapport à l’emploi pour ces populations qui, bien souvent, n’avaient alors le choix qu’entre le sous-emploi faiblement rémunéré et le chômage non indemnisé. Les pénuries de main d’œuvre observées dans les plantations de canne à sucre sont, sur ce point, emblématiques de la transformation récente des rapports de travail dans la société créole.
À partir d’une enquête ethnographique qu’il a menée au cours de plusieurs séjours dans l’île, Nicolas Roinsard montre ainsi - dans ce qu’il nomme une sociologie des réaffiliations – combien les revenus de transferts représentent pour un grand nombre d’individus un facteur d’autonomisation relative pouvant s’articuler avec les formes de solidarité traditionnelles, beaucoup plus qu’un symptôme ou un vecteur de désaffiliation et de dépendance. Le jeu des solidarités publiques et privées permet à la société réunionnaise de pallier les conséquences sociales de son chômage de masse en assurant l’intégration de toute une frange de la population exclue de la condition salariale.
À la Réunion, près de quatre actifs sur dix sont au chômage. En même temps, et contrairement à ce qui est observé en France métropolitaine, cette société ne développe aucun signe majeur « d'exclusion sociale ». D"où la question que l’on est en mesure de se poser : à quoi tient la cohésion sociale dans cette société pour le moins inégalitaire ? En pointillé se pose également la question de la place et de la fonction sociale du travail salarié ...

LA REUNION ; CHOMAGE ; PAUVRETE ; REVENU MINIMUM ; POLITIQUE SOCIALE ; INTEGRATION SOCIALE ; COMPORTEMENT SOCIAL ; SOCIOLOGIE DU TRAVAIL

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

- n° n°106 - 7 p.
Cote : A4614-QS1

Départements français dans l’espace caribéen, la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane sont souvent perçues comme des îlots de prospérité par la plupart de leurs voisins géographiques. Pourtant, le développement économique de ces territoires reste encore en deçà de la France métropolitaine. La faiblesse de l’appareil productif local conduit à des taux de chômage plus de deux fois supérieurs à ceux observés au niveau national sur la dernière décennie. Conséquence de ce sous-emploi, les minima sociaux constituent une composante importante des ressources des ménages ultramarins, notamment pour les plus modestes d’entre eux. Le revenu minium d’insertion demeure l’allocation la plus importante, tant par le nombre de bénéficiaires que les montants en jeu pour les conseils généraux. Pour autant, ce revenu minimum arrive difficilement à remplir sa fonction d’insertion dans un contexte antillo-guyanais caractérisé par un fort déficit d’emplois
Départements français dans l’espace caribéen, la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane sont souvent perçues comme des îlots de prospérité par la plupart de leurs voisins géographiques. Pourtant, le développement économique de ces territoires reste encore en deçà de la France métropolitaine. La faiblesse de l’appareil productif local conduit à des taux de chômage plus de deux fois supérieurs à ceux observés au niveau national sur la dernière ...

GUYANE ; ANTILLES FRANCAISES ; GUADELOUPE ; MARTINIQUE ; REVENU MINIMUM ; PRESTATION SOCIALE ; POLITIQUE SOCIALE ; INSERTION PROFESSIONNELLE ; STATISTIQUE ; SITUATION ECONOMIQUE ; CHOMAGE ; FORMATION ; ASSISES DES OUTRE-MER

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Z